Lettre à mes filleuls

L’an dernier, à Pâques, j’ai eu la joie de devenir marraine pour la troisième fois. Quelle fierté, pour moi, d’avoir l’honneur de vous avoir tous trois pour filleuls! J’ai bien longtemps eu hâte que ce soit mon tour d’avoir un enfant qui me soit particulièrement attaché alors que je voyais certains de mes frères et sœurs devenir parrains et marraines de quelques uns de mes jeunes cousins…

Puis, tu es né, Cédrick. Quatrième de la famille, le plus jeune de mes cousins. J’habitais alors temporairement avec ta famille pour mes études. Je t’ai vu sortir du ventre douillet de ta mère et faire tes premiers pas dans le monde. Je te vois grandir depuis ta naissance, même si maintenant, nous ne nous voyons pas aussi souvent qu’avant; je constate ton désir d’avoir ta place dans le monde, dans ton monde. J’aime quand tu développes des passions et des intérêts, j’aime voir que tu t’épanouis! Je me sens bien souvent maladroite avec toi, parce que je ne te connais pas assez et que je ne sais pas toujours agir pour le mieux, mais je veux véritablement ton bien et je t’aime énormément!

Puis, ce fut ton tour, Jérémie. Tu n’étais pas mon premier filleul, mais tu étais mon premier neveu et pour cela, tu avais une importance toute particulière. J’ai passé mon enfance avec ta mère, ma sœur; nous avons grandi ensemble et elle a longtemps été ma plus fidèle confidente. Alors devenir marraine de son premier enfant avait énormément de sens pour moi. En plus, j’ai eu l’occasion de passer beaucoup de temps avec toi, dans les premières années de ta vie. Nous avons même partagé une chambre pendant un an, à Québec! Je te gardais souvent, et depuis que je suis revenue au Lac-Saint-Jean, ça m’arrive à nouveau régulièrement de passer du temps avec tes frères (et maintenant ta sœur) et toi. C’est un cadeau précieux pour moi… Et même si vous êtes parfois exténuants, c’est beau de voir l’amour que vous avez les uns pour les autres. Toi-même, tu sais aussi être bien tannant, mais quand tu t’y mets, tu es un très bon grand frère, attentionné et aimant, et tu m’impressionnes toujours par ton intelligence bien allumée.

Et puis, je t’ai connu, Mikaël. Je ne t’ai pas vu naître, je ne t’ai pas vu grandir. Tu es même plus vieux que moi! Tu n’as aucun lien de parenté officielle avec moi: tu es français, à moitié japonais et je ne sais plus quelles autres racines pour le reste… (Je présente mon inefficace mémoire comme excuse.) Pourtant, tu m’as choisie comme amie avant même de me rencontrer en personne, par les dires de ta femme et tes observations sur Internet. Tu t’es tout de suite montré enthousiaste à ce que notre fraternité se développe et ça m’a réjouie. Tu en étais alors toujours à tes premiers pas dans la foi chrétienne et c’était une joie d’avoir l’occasion de t’accompagner pour en faire quelques autres à ton rythme. (Finalement, en quelque sorte, je t’ai bien vu grandir! Tu étais si jeune dans la foi… Tu l’es encore tellement! – Et c’est beau à voir, l’énergie dynamique de l’enfance!) Et tu m’as fait la joie de me demander d’être ta marraine. Ce que tu me demandais était bien spécial, j’en avais conscience; tout le monde n’a pas la joie d’être marraine d’un catéchumène…

En vivant ton baptême l’an dernier, Mikaël, je me suis beaucoup questionnée sur le sens de mon rôle. Pour toi, l’intérêt n’était pas d’avoir quelqu’un pour te donner des cadeaux dans les occasions spéciales… J’ai été poussée à revenir à l’essentiel de ce que ça veut vraiment dire, chrétiennement, d’être marraine. Je me suis rappelée comme mon rôle premier est de témoigner pour vous trois des merveilles que Dieu fait dans ma vie… Et pourtant, c’est bien plus souvent toi, aîné de mes filleuls, qui me rappelles les bienfaits du Seigneur par ton discours amoureux de la vie! Merci, véritablement merci de m’avoir choisie pour t’accompagner tout spécialement, car être ta marraine m’apporte moi-même énormément, et grâce à toi, je repense mon rôle envers mes deux autres filleuls et change positivement ma perspective pour laisser le Tout-Puissant faire de moi une meilleure marraine…

C’est un grand honneur pour moi d’être la marraine de trois jeunes hommes (en devenir) aussi magnifiques que vous, mes chers filleuls. Vraiment, vous êtes des merveilles! Je me sens si peu digne de cet honneur, je suis si faible et peux si peu… Mais par votre accueil de ce que je suis et votre honnête affection pour moi, je deviens meilleure en cheminant avec vous. Je vous aime!Je sais bien que pour l’instant, seul toi, Mikaël, saura vraiment apprécier cette lettre: Cédrick a eu 9 ans en décembre et Jérémie en aura 6 en mai. Mais les deux autres auront des cadeaux matériellement plus gros de la part de leur marraine et j’espère que tu sauras laisser cette lettre être une manière au moins aussi équivalente de te communiquer mon affection. Et comme toi et moi aimons tous deux beaucoup partager les beautés que nous voyons avec tous ceux qui nous entourent, je la publie pour la laisser faire son chemin selon la Volonté du Seigneur.

De tout cœur, joyeuses Pâques!

Advertisements

2 réflexions sur “Lettre à mes filleuls

  1. Merci Valérie pour ton beau cadeau ce matin de Pâques.

    Je te le souhaite Joyeux, Que Jésus te bénisse.

    J’ai ouvert mon appareil en passant, je me rends à la chapelle pour les prières de Laudes. Je t’écrirai dans la journée.

    Je sais que vous serai à Jonquière aujourd’hui. Je te souhaite beaucoup de bonheur avec toutes ces personnes que tu aimes. Mes prières seront à tes intentions et à celle de toute la famille que J’aime particulièrement.

    Je t’embrasse, je te reviendrai

    Tante colette

    ________________________________

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s