De l’efficacité au bonheur

psychologueÇa m’a vraiment fait du bien que mon psychologue me dise qu’il aime son travail de bureau bien stable, suivant le même horaire quotidien. Il y a bien des parties qu’il aime moins, mais les accomplir parce qu’il le doit ne le rend pas malheureux, et il y a aussi des parties qu’il apprécie beaucoup. Et travailler toutes ces heures régulières lui convient tout à fait.

« Pourquoi ça te fait du bien d’entendre ça? » m’a interrogée ma sœur, un peu confuse.

Parce que moi, je me sentais coupable de ne pas arriver à travailler ainsi, sur des heures régulières, à temps plein. Parce que j’avais l’impression que j’étais lâche et faible de ne pas arriver à faire ce sacrifice que la plupart du monde considère normal. Parce qu’à mes yeux, ce genre de travail était un mal nécessaire, une souffrance pour tout le monde, et qu’il était égoïste de ma part de m’en sauver.

Et donc, parce que c’était un élément étonnant qui changeait ma perspective sur les choses que d’apprendre que des gens aiment leur travail régulier à temps plein et son heureux dans ce genre de mode de vie. Et parce qu’ainsi, je ne suis plus l’égoïste lâche et faible que je pouvais penser, mais simplement une personne avec des besoins et des désirs différents.

saucisse-bretonne-aux-oignons-roscoffMa sœur m’a rappelé l’anecdote des saucisses. Une de nos amies habitait en communauté et elle mangeait donc la même chose que tout le monde: ce que la personne responsable avait préparé. Lorsque des saucisses étaient servies, elle en prenait parce qu’il fallait bien les manger, mais certainement pas parce que c’était quelque chose de bon. Une fois, elle s’est aperçu que son voisin s’était servi une grande assiettée de saucisses; elle lui a donc fait remarquer qu’il n’était pas obligé d’en prendre autant… Car pour elle, ça ne pouvait être qu’un sacrifice d’en manger! Ce fut intéressant pour elle de comprendre que certains apprécient réellement le goût des saucisses…

desespoirMoi, je ne peux pas travailler à temps plein et être heureuse. Je ne peux pas avoir des heures de travail régulières et être heureuse. Je ne peux pas accomplir toujours les mêmes tâches et être heureuse. Et un angoissant sentiment de culpabilité me hante souvent parce qu’il me semble que je devrais y arriver. Pourquoi moi, je me permettrais de ne pas vivre comme ça alors que tout le monde s’y oblige?

En discutant avec ma sœur, je me suis rendu compte que mon psychologue m’avait surtout permis de passer d’une volonté d’apprendre à être efficace et fonctionnelle à une volonté de vivre heureuse.

melimaxCelle de mes sœurs avec laquelle j’ai discuté de tout cela, elle est maman à temps plein. Un grand garçon en maternelle. Un autre qui va au Jardin (pré-maternelle). Des jumeaux de deux ans et demi. Une petite fille en cours de formation qui la déséquilibre et la fatigue rapidement. Un mari qui travaille fort. Ce n’est pas une vie toujours facile, c’est rempli d’obligations. Mais c’est aussi rempli de sens. Alors l’important, au final, c’est que ça la rende heureuse.

Il n’y a pas un seul modèle de vie.

On m’a toujours appris qu’on ne pouvait pas simplement suivre ses désirs, qu’il fallait faire des efforts… Oui, c’est un bon principe, et il m’aurait fallu apprendre plus tôt à faire ces efforts que l’école ne me demandais pas parce que je performais facilement. Mais ce n’est pas tout non plus, les efforts. Il s’agit peut-être de se questionner sur ses motivations, ses objectifs. Le fameux «choix du bonheur» que j’ai longtemps prêché n’est pas aussi simplement vrai que j’aurais voulu le croire (le documentaire La dictature du bonheur est fort intéressant à ce sujet). Il faut tout au moins désirer le résultat pour avoir la motivation du processus, d’abord. Et il faut aussi que le processus lui-même soit motivant et mène au bonheur, parce que la vie est avant tout un chemin (un processus)…

Une autre de mes sœurs est au cégep et elle m’a dit, une fois, qu’elle aurait bien du mal à consentir à un mode de vie aussi incertain que le mien. Quelle joie de savoir que certaines personnes désirent la stabilité! Voilà qui m’enlève beaucoup de pression quant à une utopique responsabilité qui m’appartiendrait de m’assurer que notre société est suffisamment stable. Donc, je ne suis pas une égoïste qui vit une vie que chacun désire mais que tous ne peuvent se permettre de vivre… Donc, j’ai le droit de vivre selon le mode de vie qui me rend le plus heureuse!moana_1

#Moana

Advertisements

2 réflexions sur “De l’efficacité au bonheur

  1. Salut chère Valérie, c’est bon de te lire, je repense à des super beaux temps fraternels que l’on a vécus ensemble à Marie-Jeunesse, ces petits instants quasi magiques, où l’humour, un peu d’amour si je peux dire cela comme cela circulait entre nous avec un esprit un peu naïf et rêveur de la vie ! Une petite touche d’éternité et de bonheur vécue ensemble…
    Je comprends certains points que tu partages… Pour t’avoir connu à Marie-jeunesse, je sais qu’une vie ordinaire métro, boulot, dodo ça doit être assez difficile à vivre pour toi. Un 40 heures semaines comme tout le monde, une assurance-vie, des Reer, planifier ta retraite, le syndicat, ce n’est pas ta tasse de thé c’est certain ! Tu es fait pour plus ! Tu as un coeur d’artiste, tu as une soif de Dieu sans limite, un désir d’aimer et d’être aimé fort. C’est beau que tu réalises que tu as le droit de choisir ton genre de vie sans te sentir coupable ou égoïste. Pourquoi pas simplement exister comme une fleur: exister pour la beauté et la joie de Dieu? Il y a ceux qui travaillent pour de l’argent, il y a ceux qui travaillent car c’est une passion, il y a ceux qui travaillent pour être comme tout le monde, il y a ceux que c’est une vocation. Tu sais j’aimais bien des petites phrases de maximes quand j’étais à FMJ, et aussi les fables de Lafontaine, je vais en citer deux qui résument un peu ma mentalité par rapport à notre belle vie sur la planète. Maxime : « les cimetières sont remplies de personnes indispensables ». Fable: le cocher et la mouche » . Par rapport à cela, faut pas se prendre la tête, je pense que le plus grand désir de Dieu avant de faire ou d’accomplir c’est tout simplement que l’on contemple! Contempler! Je te rappelle le récit de Marthe et Marie ou Marie avait choisi la meilleure part.
    Moi de mon côté depuis cinq ans j’ai vécu des expériences assez variées pour me rendre compte de certaines choses : trop de liberté c’est pas bon, ça prend des obligations ! Mais aussi trop d’obligations c’est pas bon non plus, il faut trouver le juste milieu pour un mieux être ! Et aussi : il n’est pas bon que l’homme soit seul, l’être humain pour un meilleur équilibre doit faire partie d’une famille, d’une communauté, d’une église, d’un groupe d’appartenance pour un mieux être ! Notre personnalité dans toutes ses nombreuses couleurs se révèle plus pleinement quand on fait partie d’une gang, d’un groupe, d’une famille ou d’une communauté ! Je pourrais en parler longtemps.
    Bon allez je te laisse car je vais faire un beau ti dodo. Sois bénie Valérie et tu sais quoi, il suffit de fermer les yeux et dire dans son coeur un souhait que l’on voudrais réaliser et celui-ci sera réalisé ! Je te dis que moi jusqu’à présent ça marché, et ça marche encore. Creusé en nous les plus beaux rêves qui sommeillent dans notre coeur et les révéler à Dieu au grand jour ! C’est pas farfelu, il faut rêver et demander ! C’est pas des blagues ! Il faut quand même rester les deux pieds sur terre tout de même et garder l’oeil ouvert !

  2. Salut Valérie, je trouve ç’a l’un tes réflexions. Même si nous ne vivons pas les mêmes choses présentement de nos vies respectives, cela me fait du bien. Présentement je lis un livre sur l’importance de l’activité créatrice, et je pense que peut importe où l’on se situe dans la vie, cette activité créatrice est primordiale. Elle est nécessaire pour notre bien-être psychologique et intellectuel, … Cela m’interroge énormément. J’espère que tu vas vas nous écrire une autre des réflexions pour le mois de mars car c’est rafraîchissant de te lire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s